Sauve qui peut… ou pas.

Liminaire CSE réseau F3.
Dijon, septembre 2020.

La vie du réseau France 3 n’est décidément pas un long fleuve tranquille.

La reconduction de Delphine Ernotte fait prendre du galon à Laurence Mayerfeld. Ou pas. Elle qui portait le projet de régionalisation, le laisse en l’état, au point mort. Ses nouvelles responsabilités de DRH à France Télévisions vont l’éloigner de l’éditorial et la transformer en comptable d’ETP : espérons que comme pour les municipales, lorsqu’elle s’enorgueillissait d’avoir obtenu des moyens humains supplémentaires, elle tienne ses promesses et préserve les effectifs du réseau.

Car il ne faudrait pas que la régionalisation continue à se faire sans les salarié·e·s de France 3, à la faveur du privé… C’est le cas aujourd’hui avec l’émission du matin « ensemble c’est mieux », les rênes de l’émission ayant été abandonnées à Eden Prod. Autre exemple parmi d’autres, la post-production de l’émission « La belle endormie » a été externalisée. Plus que jamais nous voulons conserver la maitrise de la fabrication de nos programmes en interne.

En tant que DRH groupe plus rien ne l’empêchera d’étendre le modèle NoA et ses nouveaux métiers à l’ensemble de l’entreprise. Un pas de plus vers la casse des pratiques professionnelles de l’audiovisuel public, que nous n’avons jamais cautionnée, bien au contraire.

Alors dans le jeu des chaises musicales, jeu favori à France Télévisions, qui pour terminer la mandature ? Car à raison d’un directeur du réseau par an, il faudra encore en trouver deux pour achever le projet de régionalisation.

Tous ces revirements ne font que renforcer le scepticisme des salarié·e·s quant à leur avenir professionnel au sein d’un réseau régional déjà bien secoué. Les directeurs continuent d’être promus et le collectif continue de trinquer.

Liminaire CSE Dijon septembre 2020 à télécharger ici.

A propos Sud Médias Télévision

SUD Médias Télévision, syndicat à vocation nationale, autonome et indépendant, se fixe pour mission de défendre la dignité de chacun dans son travail et de lutter contre la déshumanisation de l’entreprise.